manade camargue
élevage taureau camargue

La Manade Blanc

La passion des taureaux et des chevaux

Elevage chevaux race Camargue
Lugano de Paulon et son poulain
visite d'une manade en camargue
Segur de Paulon
Elevage Camargue
Elevage sur l'exploitation
Élevage de taureaux pour la course à la cocarde
Fournelet, cocardier vedette de la manade
Taureaux course camarguaise
Fournelet
Race Camargue
Agassoun, cocardier de la manade
manade en camargue
Les vaches dans les marais
Poulinière camarguais
Ulysse de Paulon
Manade camargue
Pirate de Paulon, étalon agréé à la monte publique, monté en amazone par Véronique
Visite Manade camargue
Notre étalon Pirate de Paulon - Photo J. Mansuy
Veau Manade
Veau
Visite de la Manade
Manadier et son troupeau

L'exploitation

L'exploitation comprend, entre le domaine de Paulon et les pâturages de la manade, environ 400 hectares répartis sur les communes d'Arles, des Saintes-Maries-de-la-Mer et de Port-Saint-Louis-du-Rhône.
>> Les actualités de la Manade

Élevage de taureaux

Le cheptel bovin compte près de deux cent trente bêtes de race Camargue. Jamais véritablement domestiqué, le taureau Camargue conserve de nombreux caractères d'animal sauvage car il jouit encore, du moins sur ses pâturages, d'une liberté totale toute l'année, sans jamais connaître l'étable.

Les taureaux de la manade sont essentiellement destinés à la course à la cocarde, jeu traditionnel taurin, qui attire les grandes foules d'aficionados dans les arènes des Bouches-du-Rhône, du Gard, du Vaucluse et de l'Hérault.

La course camarguaise, très différente de la corrida, est un exercice sportif au cours duquel des jeunes gens (les Raseteurs) s'efforcent de dépouiller l'animal des attributs (cocardes, glands, ficelles) attachés à ses cornes. Le taureau ne séjourne qu'un quart d'heure dans l'arène puis il est ensuite ramené et relâché sur la manade.
Les taureaux cocardiers de grande classe, qui défendent vaillamment leurs attributs, sont de véritables vedettes, chéries des populations de Provence et du Languedoc. Certains d'entre eux effectuent de véritable carrière et sont même statufiés (Goya, Gandar, Pascalet, Camarina…).

Élevage de chevaux

La manade comprend aussi une trentaine de chevaux dont quatre juments poulinières et un étalon agréé à la monte publique, élevés dans la pure tradition, en semi-liberté dans de vastes espaces.
Indispensable aux gardians pour le travail dans la manade, le cheval Camargue est connu pour sa rusticité. Courageux, vif, volontaire et d'une endurance remarquable, il en est un excellent cheval de selle et de loisir. Avec sa petite taille (1,40 m à 1,50 m), c'est un cheval abordable pour tout cavalier, de tout niveau.

L'élevage a été créé en 1970, avec des juments d'origines Jalabert et Mailhan. La sélection se fait en particulier sur les aptitudes du cheval dans le travail des taureaux. Une attention particulière est portée sur le mental, le calme, l'attention et la vivacité, qualités requises pour toutes autres disciplines.
>> Consultez nos produits à la vente

Lexique Camarguais

Aficionado : Du castillan aficionado : « amateur ». Personne qui a le goût, la passion.

Anouble : Veau âgé de un an.

Arène ou « Piste » : Lieu sablé et entouré, où se déroule la Course camarguaise et diverses manifestations équestres et taurines.

Attributs : Ensemble des pièces (une cocarde, deux glands et les ficelles) accrochées pour la course, autour des cornes du taureau.

Bouvau : Petit enclos le plus souvent en planche pouvant servir d'arènes sur l'exploitation.

Bouvine : La Bouvine désigne tout ce qui a trait à la civilisation Camarguaise et ses traditions autour du taureau et du cheval.

Cocardier : Nom que l'on donne au taureau qui court dans les arènes. Il porte une cocarde (ruban rouge) entre ses cornes. Sauf très rares exceptions, c'est un b½uf que nous continuons à appeler « taureau ». Le cocardier porte un nom.

Course camarguaise : Appellation officielle de la course libre, course à la cocarde, reconnue comme spectacle sportif depuis 1975. La course camarguaise est un sport taurin sans mise à mort, pratiqué dans le sud de la France, dans lequel les raseteurs tentent d'attraper des attributs fixés aux cornes d'un taureau. Site de la Fédération Française de Course Camarguaise.

Ferrade : Opération qui consiste à appliquer sur la cuisse gauche de l'anouble* , la marque (signe de reconnaissance proche des armoiries de la manade* ) et à pratiquer l'escoussure* . Elle peut se pratiquer sans public car c'est un des moments importants de l'élevage, mais c'est le plus souvent l'occasion d'un grand rassemblement festif aux prés, chez un manadier.

Escoussure : Entaille des oreilles d'un taureau selon un schéma propre à chaque manadier. L'escoussure se fait sur le veau au moment de la ferrade. Elle permettra de retrouver les bêtes d'un troupeau qui se mélangeraient à un autre.

Raseteur : Nom donné aux hommes habillés en blanc qui se mesurent à un taureau dans le jeu du raset.

Gardian : Pour le code du Travail, c'est un ouvrier agricole. Celui qui garde. Ce nom provençal est passé dans le langage courant. En français, gardien de chevaux et/ou de taureaux sauvages dans la Camargue.

Laupio : Lieu ombragé, tonnelle, hangar, sous lequel se déroulent les festivités chez le manadier.

Manade : Nom que l'on donne à un élevage en Camargue. Par extension, a désigné un troupeau de chevaux ou de taureaux sauvages puis l'ensemble de l'élevage avec son personnel, ses amateurs, ses terres. Son propriétaire est le manadier (ou la manadière).

Sansouires : Ensemble de vastes espaces stériles couverts d'efflorescences salines, inondables, recouverts de salicornes (milieu naturel).

Tri de bétail : Opération qui consiste à séparer du reste du troupeau les taureaux dont on a besoin. Par exemple, le matin d'une course ou d'une ferrade, le manadier et ses gardians rassemblent la manade ou l''enferment dans le clos de tri… À cheval, ils vont trier les taureaux de la course ou les vaches pour l'animation de la ferrade.